Centre Zahra : Pacification tous azimuts ! 4

centre zahra dirigeants

Mardi dernier, au petit matin, à Grande-Synthe, dans la banlieue de Dunkerque, une horde de pas moins de 200 policiers de différents services se lancèrent courageusement à l’assaut d’une redoutable citadelle islamiste fondamentaliste intégriste terroriste obscurantiste djihadiste nommée « Centre Zahra France » !

Si si, je vous parle bien du fameux Centre Zahra du brave Yahia Gouasmi, ex boucher halal reconverti dans la gnose mystico-eschatologique chiite, et de son assistant, le « cheikh » ahuri Jamel Tahiri, l’homme aux cheveux longs (bon, je ne devrais pas trop la ramener, j’ai la même coupe que lui…) qui déclame des discours théologiques abscons mais avec une lenteur et une affectation extrêmes destinées à leur donner un vernis de spiritualité plus prononcé.

Bref, c’est donc une opération anti-terroriste musclée qui a eu lieu, avec perquisition des locaux, arrestation des dirigeants du centre à leur domicile, gel des comptes bancaires, et tutti quanti… Tout cela parce que selon les autorités françaises, dont l’intégrité et l’honnêteté sont bien entendu au-dessus de tout soupçon, ce centre serait en lien avec des agents secrets iraniens, eux-mêmes soupçonnés d’être impliqués dans un projet d’attentat contre des opposants iraniens en France, ou plus précisément contre des opposants iraniens du mouvement des « Moudjahidine du peuple » qui lui-même est un mouvement notoirement terroriste ! Donc en gros, il s’agit d’empêcher des méchants terroristes islamistes de s’en prendre à de gentils terroristes laïcs… On appréciera là tout le grotesque engendré par l’usage très prisé à notre époque de cette notion hautement polymorphe qu’est le « terrorisme ».

Quand on connait l’orientation et l’activité religieuses du Centre Zahra, on sait très bien qu’ils ne sont en rien un danger pour la sécurité de l’Etat français. Ils ne prônent pas le recours à la violence, ne réclament pas l’instauration d’un état islamique ni l’application de la chariah. Ils sont plutôt du genre à ergoter sur les secrets de l’invisible et à faire des bisous aux juifs et aux chrétiens, du moment toutefois qu’ils soient anti-sionistes.

Et c’est là qu’on rentre dans le vif du sujet, car la seule position relativement radicale que l’on peut imputer au Centre Zahra se situe sur le terrain politique et notamment son anti-sionisme invétéré, mais cela n’a absolument rien de nouveau, puisqu’il porte en étendard depuis dix ans. Alors pourquoi cette soudaine tornade répressive ?

Il y a selon moi plusieurs raison à cela. Des raisons d’ordre intérieur et d’ordre géopolitique, des raisons immédiates et d’autres plus profondes.

Tout d’abord il s’agit de couvrir quelque peu le lamentable épisode de la démission du ministre de l’intérieur Gérard Collomb que le président queer Macron, affaibli et en déclin (départ de Hulot, affaire Benalla, etc.), avait refusé dans un premier temps, avant de devoir s’y résoudre devant l’entêtement du ministre.

Il s’agit également d’apporter un élément de pression supplémentaire contre l’Iran au moment où les sanctions américaines s’abattent sur ce pays, et que dans leur sillage les entreprises françaises quittent ce–dernier et participent donc objectivement à son étranglement économique. On montre ainsi aux iraniens qu’ils sont dans le viseur des services de renseignements français et accessoirement on montre à l’entité sioniste et aux États-Unis qu’on est résolument dans leur camp.

Cependant, je vois pour ma part une raison qui s’ajoute à celles que je viens d’évoquer. Une raison plus profonde qui révèle concrètement dans ce coup d’éclat minable l’évolution profonde qui opère en France depuis une quinzaine d’années.

En effet, les autorités françaises, des différents gouvernements successifs depuis quinze ou vingt ans, ne cessent de muscler leur politique de contrôle social, leur niveau de surveillance, leur censure des moyens d’expression, dont internet qui avait échappé à l’implacable censure qui existait dans les médias traditionnels (presse, radio, télévision) et qui est désormais presque entièrement « pacifié » par les organes de contrôle et de répression du Système. La censure a considérablement augmenté durant cette période, de même que la sévérité de la  répression judiciaire qui s’abat sur ceux qui osent encore défier le politiquement correct par des propos qualifiés très vite d’appels à la haine ou à la violence. Aujourd’hui on se retrouve facilement condamné à de lourdes amendes voire à de la prison ferme pour un simple tweet ou un malheureux commentaire Facebook, sans parler des autres sanctions et persécutions sociales comme la perte d’emploi ou la marginalisation la plus brutale.

Le pouvoir s’est mis à réprimer de plus en plus durement tout propos politiquement incorrect, toute expression virile d’idées plus ou moins sulfureuses, tout semblant de discours révolutionnaire. Cette répression désormais féroce s’est d’abord exercée contre le milieu de la « dissidence » (Dieudonné, Soral, Benedetti, Ryssen, Bourbon, etc.), mais bien entendu ce sont deux thèmes essentiels qui ont très vite constitué les priorités absolues de la Kommandantur républicaine : la lutte contre l’antisémitisme et la lutte contre l’islam radical.

Le Système a déclaré une guerre totale contre toute personne ou groupe de personnes qui chercherait à construire un discours entrant selon les nouveaux critères édictés par nos maîtres talmudo-maçonniques au pouvoir dans les catégories « antisémitisme » et « islam radical ».

Dans la première catégorie, il y a bien entendu le discours judéo-critique d’un Hervé Ryssen, le révisionnisme historique d’un Vincent Reynouard, et il y a aussi maintenant l’antisionisme politique qui est désormais assimilé à de l’antisémitisme. Et oui, on ne la lui fait plus au Système ! Fini le coup du « je ne suis pas antisémite, juste antisioniste ! » C’est du pareil au même maintenant. Case prison pour tout le monde !

Dans la seconde catégorie, c’est très simple il y a tout ce qui relève de l’islam authentique, c’est-à-dire l’affirmation décomplexée de la dimension politique et sociale de l’islam et la volonté affichée de sa mise en application concrète. En gros, tout ce qui n’est pas purement cultuel ou folklorique, ça dégage ! L’islam couscous merguez docile et insipide ça va mais gare à celui qui parlerait de lois, de normes, d’alliance et de désaveu, de dar el islam et dar el harb, etc. ! Il y a même un nouveau palier qui a été franchi dans cette répression croissante, dans la mesure où désormais ce n’est plus seulement l’islam politique qui est réprimé mais également l’islam identitaire, c’est-à-dire la manifestation un peu trop visible de l’appartenance islamique. Une barbe fournie ou un voile trop strict sont devenus  des signes de « radicalisation » qui font planer sur vous l’ombre de l’œil de Soron… C’est ainsi qu’en pleine hystérie post-attentats, le salafisme quiétiste, pourtant si désespérément immobile et inoffensif  a commencé, simplement à cause des signes extérieurs arborés par ses adeptes, à être considéré comme une menace et assimilé à une zone mentale de daeshisation. Concrètement, tu t’habilles comme un terroriste, donc même si aujourd’hui t’es gentil, il se peut que demain tu deviennes méchant, donc hop : case prison pour toi aussi !

Et le pauvre Centre Zahra du père Gouasmi se retrouve ainsi un pied dans chaque catégorie : antisioniste donc abominable antisémite, musulman un peu trop pratiquant donc affreux intégriste islamiste ! Il est bien malgré lui la quintessence de ce qui est combattu dans le cadre de la grande croisade républicaine de notre temps.

Par ailleurs, après avoir liquidé impitoyablement le malheureux Tariq Ramadan en le jetant en prison pour avoir soi-disant violé quelques femelles désaxées, et ainsi terroriser le camp de l’islam sunnite dont il était la figure de proue, il était bon pour le pouvoir d’en faire de même avec le camp de l’islam chiite en écrasant le Centre Zahra qui, avec tous les autres khamenaistes, en est figure éminente.

Sunnites, chiites, dissidents, antisémites, identitaires, opposants de diverses tendances, vous tous qui refusez obstinément de vous soumettre à la sainte république et à son avant-garde de lumière, et qui refusez surtout de vous taire, sachez que vous serez impitoyablement traqués et détruits ! Aucun discours viril d’opposition ne sera plus toléré, même s’il n’est que rhétorique. Vous serez tous mis au pas ! Voilà le message que la gentille patrie des droits de l’homme, de la démocratie et du progrès nous adresse. Au moins, on ne pourra pas dire qu’elle ne nous aura pas prévenus…


Laissez un commentaire !

4 commentaires sur “Centre Zahra : Pacification tous azimuts !

  • karim

    Il y’a un truc que j’ai remarquer en france, les personnes qui sont accuser d’avoir un discours politique non alligné on leur tombe dessus (j’ai eu un proces pour antisémitisme, 500€ d’amende) parcontre pour des racailles qui foutent la merde, l’etat laisse en liberté des multirécidivistes et c’est pas pour rien a mon avis, sa participe a un climat de tension et chaos pour alimenter des amalgames. C’est quoi ton avis la dessus ?

    • Issa Hamad Auteur de l’article

      C’est vrai ce que tu dis, mais je pense que c’est aussi parce que le système prend bien plus au sérieux la contestation politique et idéologique sérieuse que la délinquance du quotidien, car il sait que c’est la première qui le menacera réellement et non la seconde.

  • Khalil

    Il nous faut créer un groupe de véridiques, se rencontrer et discuter dans un premier temps pour insh’Allah réussir à faire quelque chose dans le réel concernant la hijra… J’espère que ton site ne sera pas supprimé, il est hébergé en France?