Comment faire face au métissage ?

Depuis plus d’une vingtaine d’années nous sommes bombardés par les discours et les images nous incitant au métissage, et cette propagande ne cesse de s’intensifier.

En ce qui nous concerne, la barrière de la religion qui impose à la musulmane de ne pouvoir se marier qu’avec un musulman a été habillement contournée par le Système qui a intégré cette contrainte à sa politique de métissage ardemment prônée, en incitant les musulmanes à se métisser avec des musulmans de races différentes.

C’est ainsi qu’une propagande effrénée se développe insidieusement à destination des maghrébines pour les pousser à se mélanger aux non maghrébins, essentiellement européens et noirs africains. Pour ce faire, d’incessantes attaques sont lancées pour abattre la conscience raciale naturelle et traditionnelle des maghrébins par un procédé très vicieux que nous pouvons résumer ainsi : « La religion le permet, les vieilles coutumes doivent donc s’effacer ! ». Procédé vicieux car cela tend à avaliser l’idée que la religion doit effacer l’identité culturelle, alors que les deux ont toujours été harmonieusement mêlées.

Quoi qu’il en soit, ce funeste métissage gagne du terrain et de plus en plus des nôtres se mettent à le pratiquer ou pour le moins à trouver cela normal et positif. Cette situation représente pour le long terme un danger important pour la survie de notre identité.

Certains réagissent à cela par une saine colère qui les poussent à invectiver plus ou moins violemment ceux et surtout celles qui s’engagent dans la voie du métissage, en dénonçant – à juste titre – leur trahison raciale et leur participation honteuse au projet mondialiste destructeur des identités.

Cependant, il ne me semble pas très pertinent, et encore moins efficace, de procéder de cette manière pour contrer l’aggravation de ce phénomène, car c’est s’attaquer aux conséquences et non aux causes.

Selon moi, le meilleur moyen de protéger nos sœurs (principalement) de cet égarement serait plutôt de leur apprendre qui elles sont.

En effet, en leur transmettant la connaissance de leur identité ancestrale, de leur histoire, notamment dans ses aspects glorieux, ainsi que les éléments admirables de leur culture traditionnelle, une conscience de leur valeur propre et un amour profond pour leur identité véritable vont nécessairement surgir en elles.

Dès lors, un fossé s’établira fatalement entre nos sœurs et les hommes d’autres peuples. Plus elles se connaîtront, plus elles s’aimeront et seront attachées à leurs racines, et elles ne chercheront alors à se marier qu’avec un des nôtres, avec qui elles voudront faire vivre ce patrimoine culturel, qu’elles auront découvert et apprécié, et le transmettre à leurs futurs enfants.

C’est donc plutôt par cette approche positive qu’il faut selon moi combattre le métissage. Par ce biais, il ne serait même plus nécessaire de parler de races ou de dénigrer les autres, et passer ainsi, sous l’effet de la propagande du Système, pour d’affreux racistes. La conscience de soi et l’attachement à ses racines constitueront un rempart naturel et bien plus solide.

Quoi de mieux que l’efficacité dans la douceur ?

Laissez un commentaire !

  1. Respect pour tout ce que tu fait issa !!! Je suis sunnite je partage pas t’es conviction chites , parcontre pour tout le reste nous sommes dans le mm combat moi et toi , t’es la première personne que je voit dans la mm vision , t’es hors norme hors catégorie , et respect pour Ton débat avec Ahmed moualek tu la domminer mm si je t’es trouver un peu trop dans le respect et la reserve de temps de dialogue face à lui . Ont est citadelle assiégée force A nous .

    • Salam aleykoum mon frère,

      Je te remercie pour ton message de soutien.
      Je suis chiite effectivement, mais je me sens avant tout musulman, je m’adresse à tous mes frères, de toutes les branches, et plus particulièrement à mes frères de sang maghrébin. Nous sommes une grande nation, avec une glorieuse histoire et nous sommes en train de perdre notre identité à cause de la colonisation mentale occidentale. Cette situation me rend malheureux et j’essaie de lutter contre ça, en tentant d’alerter mes frères au sujet de cette décadence qu’on subit de plus en plus. Je suis de plus en plus censuré, j’ai perdu tout accès à facebook il y a quelques mois, et maintenant je viens de me faire fermer mon compte twitter. Il ne me reste plus que Youtube et mon blog perso. Je t’invite à t’abonner sur ces deux espaces et à partager ce que je fais autour de toi pour essayer d’ouvrir les yeux de nos frères inchallah.
      Je suis content à chaque fois qu’un frère ou une soeur arrive à dépasser le fossé sunnite / chiite pour aller à l’essentiel de mon message.
      En effet, nous sommes une citadelle assiégée, et il faut qu’on résiste le plus possible. Chacun de nous peut faire quelque chose à son niveau, et Allah voit et note tout ce qu’on fait.
      Force à toi akhy, et merci encore.

      A bientôt inchallah,
      Salam
      Issa Hamad

  2. Les Juifs sont les pires de la création. Je suis tombée sur leurs écrits tu as bien raison Issa ils veulent rester la race indestructible et mélanger tout le monde.
    Regardez leurs blasphèmes qu ils propagent jour et nuit qu’Allah les brise:
    Les âmes des Juifs sont des parties de Dieu, de la substance de Dieu, de même qu’un fils est la substance de son père. (Traité Sela 262a)
    Aussi une âme juive est-elle plus chère, plus agréable à Dieu que toutes les âmes des autres peuples de la terre. (Sela I.C. et Sefa Fol 4)
    Les âmes des autres peuples descendent du démon et ressemble à celle des animaux. Le Goy est une semence de bétail. (Traité Jebammoth. Sefa et Sela id. Sepher Hannechamma. Fol. 221. Col. 4. Jalqût. Fol 154b)
    Tous les Goyim vont en enfer. (T. Sepher Zerov Hamor. Fol 27b et Bachai 34. Masmia Jesua. Fol 19. Col. 4)
    Les Juifs auront l’empire temporel et le monde entier. (Perus Hea-misma. Ad Tr. Sab. Ic.)
    Arbanel dit : « Le peuple élu est digne de la vie éternelle, les autres peuples sont semblables aux ânes » (V. Dans son Comm. du Hos. IV, Fol. 230, col. 4.).

    • Tu as tout compris Fatima. C’est pour ça qu’il est très important de bien les connaitre et d’étudier leurs textes afin de se rendre compte à qui on a affaire…

  3. Il ne faut attendre des femmes aucune espèce d’attachement à leur culture, identité ou nationalité d’origine. Elles n’ont tout simplement aucun intérêt de cette sorte à leur égard. La pérennité et l’entretien d’une Culture n’est pas de leur ressort. Tout juste la transmettent-elles dans le cadre de l’éduction des enfants, si le père impose son autorité. Les femmes ne meurent pas à la guerre (ou du moins pas en tant que soldats). Elles ne campent pas devant les frontières pour surveiller un territoire, qui pour elles, se confond avec l’endroit des divertissements et de la consommation. Elles ne ressentent donc pas les choses de la même manière que nous. Pour les hommes en général (non-musulmans compris), des femmes qui vont ailleurs, c’est vécu comme un territoire perdu. Une occupation, voire une invasion. Une ingérence dans la Culture donc dans la transmission de cette dernière et – in fine – une altération profonde (et souvent irréversible) de notre Être collectif. Les femmes ne pensent pas collectivement en général. Elles sont plus pragmatiques que nous. Quel(s) interêt(s) peuvent-elles tirer d’une situation, d’une condition ou d’une circonstance dans l’immédiat? Elles se projettent rarement sur le long-terme et je crains que le pari que vous faites en misant sur une prise de conscience de leur part qui aurait pour base une reconnection avec leur Histoire, soit voué à l’échec. Peu d’entre elles y seront sensibles.

    Une petite vidéo fort intéressante que je vous invite à consulter et qui résume assez bien les choses:

    • Oui je ne suis pas en désaccord avec le constat que tu fais au sujet du peu d’attachement que les femmes ont naturellement envers leur groupe (tribu, ethnie, nation), mais mon propos vise à tenter de trouver une solution pour résister à cette perte d’identité qui nous frappe. On ne peut pas se dire « c’est foutu, il n’y a rien à faire, on a déjà perdu… », il faut bien essayer de s’opposer un minimum à cette chute, c’est dans cet esprit que ma réflexion s’inscrit, même si au fond je partage assez ton pessimisme.

      • D’accord avec toi.
        PS: Mon pessimisme ne vise nullement à empêcher l’action en général. Désolé si mes propos laissent parfois transparaître du fatalisme. Je tiens juste à donner davantage de précision quant à la situation actuelle (fort défavorable dans l’ensemble).