L’islam couscous merguez, seul admis par la République

 

hijab maghrébin authentique

Au-delà du simple vêtement, le but réel des lois anti hijab, niqab, burkini, etc. de ces dernières années, est de bien faire comprendre aux musulmans que l’islam couscous merguez est le seul admis par la République. On veut bien tolérer leurs croyances obscures et leur folklore exotique mais à la condition qu’ils ferment bien leur gueule, qu’ils rasent les murs, qu’ils baissent les yeux quand on les regarde, et qu’à chaque occasion ils manifestent avec enthousiasme et déférence leur allégeance et leur soumission totales au Système et à ses valeurs !

Le seul islam qu’on accepte ici c’est l’islam de l’époque coloniale, l’islam de papa, l’islam gentillet de l’ouvrier immigré sous-payé, qui se laissait docilement affublé d’un méprisant « momo » « abdel » ou « mouss » par ses voisins français, et dont la brave épouse donnait à l’aid des gâteaux à ses patrons pour leur montrer à quel point elle leur était reconnaissante de pouvoir passer la serpillère dans leur salon et repasser leurs slips pour quelques francs de l’heure…

Cet islam-là a laissé la place à un nouveau, l’islam « ghetto-fashion » de la fille dégénérée de ce couple de prolétaires basanés, à savoir la beurette à chicha dévergondée, shootée à Booba et PNL, agressive et vulgaire, mais qui se transforme en « oukhty » en allant aux tarawih avec ses copines pendant le mois de ramadan, qui est toute contente d’être parvenue à se faire embaucher comme vendeuse chez Zara après son BEP vente-action marchande, et qui rêve que le bogoss qui l’a draguée dans sa boutique devienne son « hlel » et l’emmène pour la St-Valentin faire du shopping à Dubai… Un islam de bric et de broc, mais chut ! Personne n’a le droit de jugey !

Mais le musulman pieux et décomplexé, intelligent, bien formé, fier de lui-même, attaché à ses racines, conscient de sa valeur et de sa noblesse, de ce qu’il aurait dû être et de ce qu’il doit devenir, ayant réussi à se défaire du formatage idéologique et culturel que le système lui a imposé depuis sa naissance, ayant résolument répudié le modèle occidental moderne en décidant de mettre ses propres références intellectuelles et morales au-dessus de tout, ne se souciant dès lors pas le moins du monde de ce que la société et sa bien-pensance putride peuvent bien dire ou penser de lui, ne cherchant même plus à s’expliquer, encore moins à se justifier au sujet de ses convictions et de ses pratiques, aussi choquantes pourraient-elles paraître.

Ce musulman refusant de s’intégrer dans un système dont il a brillamment réussi à identifier le caractère profondément laid et malsain, tournant le dos au statut qu’on lui avait réservé de mouton salarié-consommateur n’ayant pour seul horizon que le rêve d’acheter un petit pavillon dans une banlieue sans âme, avec un crédit sur 30 ans (qu’il sera obligé de revendre lors de son divorce 10 ans après son mariage), et préférant au contraire une vie plus sobre mais plus enrichissante, ne craignant ni la stigmatisation des médias et de la société, ni même le rejet ou la méfiance de sa propre famille (ses parents immigrés soumis et sa soeur dévergondée décrits plus haut) à qui sa « radicalité » fait si peur…

Musulman conscient, fier et résistant. Ce musulman-là, c’est l’ennemi à abattre !

Laissez un commentaire !

  1. Issa je bois tes paroles ça fait tellement plaisir de te lire ca en devient meme un exutoire dans cette société oppressante tu trouve vraiment les bons mots pour mettre le doigt sur notre situation, je dis Amin a tes paroles ! qu’Allah nous aide a nous relever qu’Il éveille par ta cause des consciences endormies. In Sha Allah en tout cas t violent et en meme temps cest tellement vrai… Tristement vrai

    • Merci beaucoup, ça fait toujours plaisir de se sentir compris.
      J’essaie à mon modeste niveau de faire un travail de résistance intellectuelle en direction de mes frères et soeurs qui ne sont pas encore complètement morts.
      Nous sommes impuissants, mais ce n’est pas une raison pour rester les bras croisés.
      Merci encore pour ton encouragement.

  2. Tu parles de l’islam couscous merguez mais ça va plus loin, le système laisse les musulmans construirent mosquées, faire leurs petites affaires religieuses malgré les petits enbetements de certains politiques, Mais tout ça c’est pour préserver une forme de paix sociale. C’est donc acceptable pour la république, surtout celle de macron . En revanche ceux qui veulent faire hijra (Et je parle pas de Syrie) , Ça ça les dérange !

  3. Un grand père disait à sa fille qu’il allait falloir 3 générations de sacrifiées pour pouvoir retrouver une identité et que le pays d’origine sorte de son statut de pays colonisé. Malheureusement le mal est plus profond et il semble que cela demandera plus de temps pour se retrouver. Heureusement que de jeunes intellectuels (comme toi) s’éveillent ; cherchent et partagent leurs réfléxions et essaient de faire prendre conscience que le chemin est encore long . Merci à toi pour cette prise de conscience et le désir de faire avancer les choses . Bravo.

    • Oui le travail à fournir est énorme, mais chacun peut y contribuer à son échelle. C’est ce que j’essaie modestement de faire.

    • Trois générations? C’est une estimation des plus optimistes quand on voit ce qui nous entoure. Je vous rejoins sur la nature et la profondeur du mal qui nous affecte. Je souhaite vivement que l’initiative prise par l’auteur du blog porte ses fruits mais beaucoup resteront sur le côté. Il faut bien comprendre (et admettre) que si nombre de nos semblables disparaissent littéralement sur le plan de l’identité et de la Culture, c’est en partie parce qu’ils le veulent bien. Recevoir, c’est facile. C’est transmettre qui est important. Nous devrions être intraitable sur ces questions.

  4. Ce « musulman conscient, fier et résistant », comme vous le dites si bien, aura d’abord sa famille comme ennemi déclaré. Pensez-vous que le père sans honneur (celui qui a suivi servilement le colon quand son pays s’en libérait dans le sang) va accepter que le fils à qui il a donné la vie fasse montre de plus de dignité que lui? Lui, l’émigré-esclave qui s’est porté volontaire pour maintenir à flot le colonialisme dont la nouvelle mouture aujourd’hui nous ferait presque regretter la forme primitive (coups de pieds au cul, enfumades, racisme décomplexé…). Un tel père ne peut se résigner à se savoir de moindre qualité que celui à qui, encore une fois, il a donné la vie. C’est là le comble de tous les colonisés mentaux: voir dans le visage de leurs fils le reflet de ce qu’ils n’ont jamais été et seront probablement jamais.

    Quant à la soeur, il n’y a rien à attendre d’elle. La France, c’est pour elle le jardin d’Eden: consommation, pétasserie, impudeur et « swag-philosophie ». Le seul barrage là encore, c’est le frère. Le père n’est plus écouté depuis belle lurette et la mère, complice dans l’écrasante majorité des cas de figures. Le frère « radicalisé » renvoit là encore l’alternative qu’elle n’a pas suivie (bien qu’appartenant à la même génération) et se pose comme une anomalie.

    Comment ne pas vouloir l’abattre ce musulman-là?