Toute question est-elle bonne à se poser ?

Depuis longtemps l’Homme est tombé dans un piège spirituel mortel, celui de chercher à percer le mystère de l’essence d’Allah.

En effet, une curiosité malsaine a toujours poussé certains hommes à spéculer sur la nature divine. Qui est-Il, Où est-Il, etc. ? Officiellement il s’agit selon ces philosophes-spéculateurs d’atteindre une connaissance (gnose) indispensable à une pseudo « réalisation spirituelle », Graal tant fantasmé pour tous les Prométhéens.

Bien entendu, il est facile de comprendre qu’une créature aux capacités de perception et de compréhension limitées ne pourra jamais percer le secret de l’essence d’un Être illimité.

Dès lors, Allah, Son Messager (saws) et les Imâms (as) nous ont clairement mis en garde contre la folie d’une telle quête et contre ses conséquences funestes. Obligatoirement, s’interroger sur tout ce qui touche à l’essence d’Allah ne peut mener qu’à l’égarement et la mécréance.

C’est ainsi que plusieurs ahadith à ce sujet sont rapportés dans Usûl el-Kâfî, parmi lesquels celui-ci : « Allah est entièrement mystère, et Il ne vous demandera de comptes sur votre positionnement que ce sur quoi Il s’est fait connaitre » (Livre de l’Unicité, chapitre 26, hadith 3), celui-ci : « Discutez de ce qu’Allah a fait mais non de ce qu’Allah est, car la discussion sur l’essence d’Allah ne peut apporter à son auteur que plus de perplexité. » (Livre de l’Unicité, chapitre 30, hadith 1), ou encore celui-là : « Celui qui cherche à comprendre comment est Allah est perdu. » (Livre de l’Unicité, chapitre 30, hadith 5).

Il y a en effet une limite à la raison, qu’il faut bien admettre et respecter. Seul l’orgueil qui est en nous et qui nous laisse croire que l’on peut tout découvrir, tout savoir et tout comprendre, nous pousse à outrepasser cette limite. Bien entendu, Satan est tout heureux de souffler sur cette flamme obscure pour nous embraser d’ambition, en nous faisant miroiter la possibilité illusoire d’atteindre la connaissance suprême, et pire encore, de ne faire ensuite qu’un avec elle.

Tentation diabolique

Ne serait-ce pas cela la première tentation qu’auraient connue nos parents primordiaux au Jardin d’Éden ? Cette folle ambition ne serait celle pas incarnée symboliquement par cet arbre au fruit interdit désigné dans la Bible et le Coran ? Ne serait-ce pas une manière pour Allah de dire au genre humain : « Demande toi ce que tu veux, cherche ce que tu veux, réfléchis à ce que tu veux mais (pour ton propre bien) tu auras une limite : Moi ! » ?

Hélas on connait l’histoire, le fruit défendu fut croqué et n’a cessé de l’être depuis lors, jadis par un nombre relativement restreint d’individus plus ou moins illuminés et au niveau intellectuel pointu, et aujourd’hui, avec la démocratisation du livre et la vulgarisation de la connaissance, par un nombre croissant d’apprentis-mystiques.

C’est que la curiosité sur ce plan est un brasier éternel. L’Homme tend toujours vers ce qui le dépasse, et croyant parfois frôler le but, il se laisse pousser par Satan à ouvrir la porte interdite.

Satan a en effet bien compris que tel un pécheur qui adapte son appât au poisson qu’il convoite, il devrait adapter son venin à l’âme qu’il voudrait perdre. Pour résumer :

 » Tu es sensible au charme féminin ? Je te donne de la femme. Tu es plutôt attiré par la richesse et le prestige ? Voilà ta Black Card. Tu vises avant tout le pouvoir et la gloire ? Je t’aiderai à accéder aux plus hautes fonctions. Mais toi là-bas ! Oui, toi que je vois te détourner de ce bas-monde et qui cherche plutôt à te rapprocher de ton Créateur. Toi qui aspire à t’élever spirituellement et qui médite sur Allah, tu m’intéresses ! C’est d’ailleurs toi qui es ma cible favorite, car les autres sont tellement faciles à détourner du droit chemin et à perdre avec des choses futiles, alors que toi tu es plus fort, plus coriace, plus subtil, tu m’obliges à faire preuve de plus de profondeur, de malice et de sournoiserie. Tu es pour moi un challenge bien plus stimulant et ta chute sera pour moi une victoire bien plus gratifiante ! Alors je ne vais pas chercher à te détourner d’Allah avec de grossières tentations, non je ne te ferai pas cet affront, je te respecte, je vais plutôt m’insinuer subrepticement dans ta quête spirituelle pour y injecter le plus puissant de tous les poisons, qui la fera dévier tout en douceur vers cette porte maudite que je vais t’aider à ouvrir malgré tes réticences. Oui cette porte que tu voyais au loin et dont tu t’es rapprochée au fur et à mesure de tes lectures et de tes actions de piété. Celle sur laquelle il est écrit : « Qui est Allah ? ». N’aie pas peur, tu es bon, tu es fort, tu es intelligent, Allah veut être connu et tu en es capable. C’est Lui qui réclame ton attention, c’est Lui qui veut se livrer à toi car tu le mérites. Alors voici un peu de Ibn Arabi, puis un peu de Guénon, etc. Intériorise tout cela et plonge dans cet océan magnifique, ce gouffre d’extase pour l’esprit… Vas-y mon ami, ne t’arrête pas, tu verras, rien ne sera plus jouissif pour toi… Enfin tu pourras t’accomplir et te réaliser ! « 

Voilà grosso modo comment opère ce piège qui s’est refermé hélas sur tant d’hommes supérieurs, tant d’hommes de qualité, qui n’ont pas su se tenir à leur place.

questions interdites en islam

Démarche stupide et dangereuse

Mais en plus de relever de la pure folie, puisqu’à ce questionnement aucune réponse correcte ne peut être accessible à l’Homme, cette grande interrogation diabolique, qui se décline en plusieurs sous-questions tout aussi malsaines telles que « Allah est-Il partout ? », « Que veut dire « le trône » d’Allah ? », « Que veut dire Allah quand Il parle de Sa « main » ? », etc., constitue une démarche intellectuelle stupide et dangereuse.

Stupide, car à chaque fois qu’un homme lance telle ou telle question empoisonnée de ce genre, il ne fait que créer de toute pièce un trou dans lequel il tombera, alors qu’il en était auparavant préservé. Allah ne veut pas  nous confronter à ces questions et nous juger sur elles, et Il nous a mis en garde contre ce « fruit défendu », mais nous, bêtement, en se croyant intelligent et en voulant faire les malins, on ouvre une porte par laquelle on ne pourra que chuter et nous exposer à un châtiment divin dont on aurait parfaitement pu se passer si seulement on avait su s’en tenir à nos limites.

Il faut bien comprendre que tant qu’une question n’est pas posée, elle n’existe pas. Tant qu’une chose n’est pas dite, elle est enfermée et ne peut pas faire de dégâts. Mais quand le mot est lâché, quand l’interrogation est jetée au monde, alors c’est comme une boite de Pandore qui s’ouvre et que rien ne pourra refermer. Même si ça ne concernait pas directement le genre de sujets dont nous discutons là, je pense que ce n’est pas pour rien qu’il est rapporté à plusieurs reprises dans des ahadith que le Prophète (saws) rechignait à répondre à certaines questions, en affichant un silence ostensible, mais qu’il finissait par répondre lorsque l’individu qui le questionnait l’y contraignait en renouvelant sa question à trois reprises. Pourquoi insister ? Pourquoi vouloir tout savoir et tout comprendre, surtout dans des domaines sur lesquels Allah ne nous demandera pas de comptes, et sur lesquels Il ne veut pas qu’on s’aventure ? Ne pas poser trop de questions et ne pas ouvrir des portes sensées rester closes, ne serait-ce pas le début de la sagesse ?

Démarche stupide donc, mais aussi dangereuse, car une fois la question posée, elle ne peut que créer des réponses multiples et contradictoires qui engendreront autant de fractures et de divisions dans la communauté des croyants. Non seulement, ces questions-piège nous ferons chuter, mais elles attireront d’autres autour de nous qui chuteront à leur tour, et ce, pour les siècles des siècles !

A chaque fois que cette porte maudite a été ouverte, cela n’a fait qu’entrainer divergences, discordes, conflits, divisions, et parfois même haine et violence. Tout ce mal n’étant en fin de compte que le châtiment bien mérité pour ce péché de l’esprit.

Le croyant doit avoir l’humilité, l’intelligence et la sagesse de comprendre que toutes les questions ne sont pas légitimes et que la raison, si puissante soit elle, doit s’imposer des limites pour se protéger contre l’orgueil et l’illusion dévastateurs qui engendrent la ruine et la damnation.

Allah a fait le mystère non pour être violé mais pour être contemplé extérieurement. Allah, je ne pourrai jamais savoir qui Tu es, et je ne chercherai jamais à le savoir, mais je sais que Tu m’as créé, que Tu es juste et bon, que Tu m’aimes, que Tu attends de moi que je T’adore et que je me soumette à Toi, que j’ordonne le bien et que je combatte le mal, et cela me suffit !

toute question est elle bonne à poser ?

toute question est elle bonne à poser ?

Laissez un commentaire !